_Le blog

Crêpes-dentelles, pomme/poire et caramel au beurre salé

Le croustillant des crêpes-dentelles, le fondant des fruits, la force du caramel au beurre salé : ce dessert est une petite merveille d’équilibre.

Nous avons essayé deux fruits : la pomme et la poire. La pomme s’accorde très bien avec le caramel, choisissez des variétés qui tiennent bien à la cuisson. La poire est une heureuse surprise : les poires du jardin — pas assez mûres comme souvent — deviennent excellentes une fois bien cuites.

Recette de Gavottes, pomme et poire

 

Les crêpes dentelles Gavottes, les classiques, longues, emballées par deux dans un papier métallisé, sont parfaites pour cet usage.

Le caramel vendu en tube chez La Chikolodenn s’est révélé très pratique pour nos préparations et décors.

Print Recipe
Crêpes-dentelles, pomme/poire et caramel au beurre salé
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 15 min
Temps d'Attente 15 min
Portions
4 biscuits
Ingrédients
  • 8 crêpes dentelles Gavottes
  • 1 fruit pomme ou poire
  • 1 cuillères à soupe caramel au beurre salé
  • 20 g beurre
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 15 min
Temps d'Attente 15 min
Portions
4 biscuits
Ingrédients
  • 8 crêpes dentelles Gavottes
  • 1 fruit pomme ou poire
  • 1 cuillères à soupe caramel au beurre salé
  • 20 g beurre
Instructions
  1. Coupez les fruits en tranches d'épaisseur égale (6-8 mm), puis en lamelles de la largeur d'une crêpe-dentelle (les chutes serviront pour une compote).
    Coupe et cuisson des fruits
  2. Poêlez les fruits au beurre sur les deux faces. Laissez bien refroidir.
  3. Montage : enduisez une crêpe-dentelle d'une fine couche de caramel, n'hésitez pas à lisser avec le doigt. Assemblez les fruits par-dessus, de façon à couvrir la crêpe-dentelle. Recouvrez d'une autre crêpe-dentelle enduite de caramel.
    Montage des crêpes-dentelles aux fruits
  4. Décorez de trois petites crottes de caramel.
    Crêpe-dentelle et caramel au beurre salé

Lotte aux algues

Il y a un peu de triche dans cette recette : une partie des « algues » est en fait constituée de salade iceberg !

Cette salade est vraiment très bonne cuite, elle reste croquante. Nous y ajoutons de l’algue wakamé, que l’on trouve assez facilement déshydratée. Nous avons utilisé une dizaine de grammes, la saveur était discrète et équilibrée. Si vous aimez ce goût d’algues, vous pouvez en mettre davantage.

La lotte est un poisson tout à fait particulier, sa texture et la tenue de sa chair se prête bien à différentes préparations. Elle a tendance à réduire à la cuisson, il faut donc compter 300 g par personne.

Print Recipe
Lotte aux algues
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 25 min
Portions
4 personnes
Ingrédients
  • 1,2 kg lotte
  • 1 salade iceberg
  • 3 échalotes
  • 10 g wakamé déshydraté
  • 40 g beurre
  • sel, poivre
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 25 min
Portions
4 personnes
Ingrédients
  • 1,2 kg lotte
  • 1 salade iceberg
  • 3 échalotes
  • 10 g wakamé déshydraté
  • 40 g beurre
  • sel, poivre
Instructions
  1. Mettez les algues dans un bol d'au pour les réhydrater. En 10 minutes, elles vont prendre du volume.
  2. Émincez finement la salade iceberg, pelez et ciselez les échalotes.
  3. Dans une poêle, faites revenir les échalotes dans un peu de beurre.
    faire revenir les échalotes
  4. Ajoutez l'iceberg et les algues, mélangez, salez, cuisez à couvert une quinzaine de minutes en remuant de temps en temps.
    Cuisson de l'iceberg
  5. Pendant ce temps, saisissez les morceaux de lotte au beurre et à feu vif. 2 minutes de chaque côté suffiront, il ne faut pas trop cuire le poisson !
    Saisir la lotte
  6. Posez les morceaux de lotte sur le mélange iceberg-échalote-algue, salez et poivrez, et terminez la cuisson à feu doux une dizaine de minutes.
  7. Servez en ajoutant quelques quartiers de tomates pour égayer la couleur.

Boudin blanc aux pommes, version élégante, version rustique

C’est la saison des pommes, c’est la saison des oignons, les deux vont bien ensemble pour une garniture salée originale.

La saison du boudin blanc, c’est plutôt Noël… Mais en fait, le boudin blanc, on en trouve toute l’année. Et c’est très pratique au quotidien.

Plusieurs fabricants bretons — artisans ou entreprises — en proposent, pour notre recette nous avons utilisé celui de Brient, une entreprise de Mordelles en Ille-et-Vilaine. Ses produits sont assez largement distribués, aussi bien dans les charcuteries traditionnelles que dans les grandes surfaces.

boudin-blanc-brient-bretagneLe boudin blanc est un produit qui a ses lettres de noblesse : on le cuisine aussi bien pour les grandes occasions que pour le repas quotidien. Cela nous a donné l’idée de faire cette même recette en deux versions, l’élégante et la rustique.

Le boudin blanc aux pommes et oignons de Roscoff, version élégante

Boudin blanc, pomme et oignon version élégante

1 boudin blanc, 1 pomme, 1/2 oignon de Roscoff, 30 g de beurre par personne.

Coupez de fines tranches de pommes, gardez la peau c’est plus joli.

Faites-les revenir au beurre dans une poêle.

Pelez et coupez l’oignon, faites revenir à part dans du beurre.

Réchauffez doucement les boudins blancs jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés.

Dressez les assiettes, décorez de quelques gouttes de crème de vinaigre balsamique.

Le boudin blanc aux pommes et oignons de Roscoff, version rustique

Boudin blanc, pomme oignons version rustique

Mêmes ingrédients : 1 boudin blanc, 1 pomme, 1/2 oignon de Roscoff, 30 g de beurre par personne.

Pelez et émincez l’oignon, faites revenir dans du beurre.

Pelez et coupez les pommes en dés, ajoutez-les aux oignons, laissez cuire en remuant délicatement de temps en temps.

Versez dans un plat allant au four, ajoutez les boudins blancs coupés en tranches, enfournez à 180°C pour 20 minutes… et servez à la bonne franquette !

Vidéo : l’agriculture de Bretagne, une des meilleures au monde

Pas peu fiers, les Agriculteurs de Bretagne ! Et ils ont raison : leur agriculture, elle est belle…

L’Association Agriculteurs de Bretagne a pour objectif de faire connaître l’agriculture et de rapprocher le public des agriculteurs, de donner une meilleure image de ce métier en en montrant les réalités.

Elle vient de réaliser un film qui proclame haut et fort que l’agriculture bretonne est une des meilleures du monde. Et c’est bien vrai : très diversifiée, l’agriculture bretonne est à la pointe dans bien des domaines.

Voici le film, il dure un peu mons de 4 minutes :

Quelques extraits :

“Quand on est agriculteur en Bretagne, on a les pieds sur terre, les deux !”

Pour Jo, éleveur laitier à La Chapelle Caro, être agriculteur de Bretagne, c’est bien produire, bien le dire, et le prouver :

“L’agriculture, tout le monde en parle, tout le monde a un avis, mais ceux qui en parlent le mieux, c’est quand même nous, les agriculteurs. Et qui mieux qu’un agriculteur breton pour expliquer aux consommateurs que nous sommes en phase avec leurs attentes ?”

“C’est en mettant du cœur à l’ouvrage que les agriculteurs bretons produisent aujourd’hui l’une des meilleurs agricultures au monde.”
Anthony, producteur de légumes à La Gouesnière, près de Saint-Malo :  “La technologie est aujourd’hui mise à profit par les agriculteurs, comme le GPS sur les tracteurs, qui permet de travailler au centimètre et ainsi de faire un travail précis, ciblé, respectant mieux le produit et l’environnement.”
Adeline, éleveuse à Trébry, en Côtes d’Armor :
“L’excellence, la confiance, c’est pas que des mots, ça compte vraiment.

On veut montrer qu’on se donne à fond tous les jours pour donner des produits de qualité, avec des preuves à l’appui.”

Stéphanie, éleveuse à Pouldreuzic, en Finistère :

“Je cultive mon maïs, mon blé, mon orge pour nourrir mes animaux”.

#WestWebRecettes
Le farz en bocal de La Chikolodenn

Le farz Gwiniz du, c’est le composant « far » du fameux kig ha farz. La conserverie carantecoise La Chikolodenn a eu la bonne idée de le proposer à part, en bocal. Nos amies blogueuses ont expérimenté la chose, exploré ses possibilités, tourné ce produit dans tous les sens…

La palette de réalisations que nous vous présentons ci-dessous est extraordinaire : le farz de La Chikolodenn est utilisé en crumble, en chapelure, en support… Il est marié à des ingrédients bretons, confronté à des spécialités d’autres régions, voir soumis à une petite touche exotique…

La morale de cette histoire ? Le farz est un ingrédient facile à utiliser, à assembler, à cuisiner pour des plats élaborés comme au quotidien. Une saveur nouvelle, appréciable quand on souhaite varier ses repas, et, accessoirement, sans gluten puisque le farz est composé de sarrasin.

La Chikolodenn propose le farz en bocal sur sa boutique en ligne.

 

Recette de salade au farz gwiniz du de La Gourmandise est un joli défaut

Salade tiède de pommes de terre et fenouil au farz de La Gourmandise est un joli défaut

Le far noir dans une salade, il fallait y penser ! Fraîcheur et équilibre garantis.

Huîtres gratinées au farz de Cuisiner en Paix

Huîtres gratinées au farz gwinizh du de Cuisiner en paix

Un mélange de fromage râpé et de farz La Chikolodenn, disposé sur des huîtes, un passage au four, et voilà un régal.

verrines de thon et farz gwinizh du de Rappelle-toi des mets

Verrines de thon-Saint-Moret et farz gwiniz du, de Rappelle-toi des mets

Une bien jolie verrine, à laquelle un peu de farz doré à la poêle apporte du caractère.

Crumble au far noir de La Cuisine de Poupoule

Crumble de tomates cerises au farz gwinizh du, par La Cuisine de Poupoule

Un crumble, voilà une idée qui s’impose pour utiliser ce farz en boîte de La Chikolodenn !

Recette de farz au fenouil par Les Filles à table

Gratin de fenouil et gorgonzola, crumble de farz gwinizh du par Les Filles à table

Un gratin très original, rencontre des saveurs anisées et du far noir.

La recette de darne de thon au farz par Les filles à table

Darne de thon aux tomates, piquillos et farz gwinizh du, par Les Filles à table

Une rencontre pleine de saveurs entre Bretagne et Pays Basque.

Présentation du Farz de La Chikolodenn par Oh la Gourmande

Oh la Gourmande nous présente le farz de La Chikolodenn

Première découverte par Delphine de ce curieux aliment…

Recette de crumble de farz au potiron par Oh la Gourmande

Crumble de potiron, carotte, chèvre et farz d’Oh la Gourmande

Le pas-à-pas pour réaliser ce crumble plein de caractère.

Velouté de potiron-oignon-farz d'Oh la Gourmande

Velouté de potiron, lait de coco et farz d’Oh la Gourmande

Un velouté de potiron rendu onctueux par du lait de coco, auquel on ajoute un peu de croustillant apporté par le farz de La Chikolodenn.

Recette de cocos de Paimpol au farz de Not Parisienne

Cocos de Paimpol, oignons de Roscoff et farz gwinizh du de Not’Parisienne

Vous avez vu les ingrédients ? Le meilleur de la Bretagne est rassemblé dans cette recette.

Recette de poulet au chouchenn et fars de Not'Parisienne

Poulet aux champignons et au chouchenn, accompagné de farz gwinizh du, par Not’Parisienne

Et voilà une nouvelle rencontre bien de chez nous : cidre, chouchenn et farz La Chikolodenn !

Recette de tarte au fars gwiniz du, par Épices et moi

Tarte forestière au crumble de farz gwiniz du, par Épices & Moi

Lyne nous raconte son improvisation culinaire, ses digressions forestières et bretonnes autour du farz de La Chikolodenn.

Millefeuille de farz de Kilomètre-0

Millefeuille de farz à la truite fumée, à la tomate et à l’avocat, de Kilomètre-0

Ce farz un peu compact au sortir de son bocal, Martine, du blog Kilomètre-0, décide de l’utiliser en tranches ! Premier exemple, ce millefeuille aux allures de burger…

Pavé de farz pomme-andouille de Kilomètre-0

Pavé de farz pomme-andouille de Kilomètre-0

Deuxième création de Martine, ce pavé ultra simple aux trois ingrédients : des pommes, des tranches d’andouille, un bocal de farz La Chikolodenn. Et quelle saveur !

pavé de farz au Curé nantais de Kilomètre-0

Pave de farz au jambon et Curé nantais, de Kilomètre-0

Pour ce dernier pavé au farz La Chikolodenn, Martine a choisi une spécialité bien de chez elle : le fromage Curé nantais.

Gratin de sardine au crumble de farz, par Je cuisine donc je suis

Gratin de sardine au crumble de farz, par Je cuisine donc je suis

« Le résultat est assez étonnant et spécial ! Un goût unique qui diffère de tout ce que l’on a mangé auparavant », nous dit Je cuisine donc je suis… Ce gratin de sardine est bien tentant.

Présentation du farz La Chikolodenn par Croquant Fondant Gourmand

Présentation du farz La Chikolodenn, par Croquant Fondant Gourmand

Michèle : « Si vous m’aviez parlé du Farz Gwinizh Du de la Chikolodenn
il y a quelques jours, je vous aurais certainement fait répéter trois fois… »

Gratin d'églefin au farz, par Croquant Fondant Gourmand

Gratin d’églefin au farz gwinizh du, par Croquant Fondant Gourmand

Une recette bien crémeuse, bien gourmande pour mettre en valeur le farz La Chikolodenn.

Carrés de farz et polenta, par Croquant Fondant Gourmand

Carrés de farz et polenta, par Croquant Fondant Gourmand

Une belle trouvaille, cette polenta mixte, ça doit être bien bon !

Farine et grains de sarrasin

Pour d’autres infos, voir notre page sur le sarrasin.

Palourdes farcies : comment les réussir et comment ne pas les rater :-)

Un plat du dimanche, un retour de bonne pêche, une préparation et un plaisir partagés, une odeur merveilleuse dans la cuisine… les palourdes farcies occupent une place de choix dans l’imaginaire culinaire des Bretons.

On en prend une dans les doigts, on détache la chair d’un coup de couteau, on porte la coquille à la bouche, on en gobe le contenu, on se délecte de ces saveurs mélangées, le coquillage, l’eau de mer, le beurre aillé… On slurpe ce qui est resté dans la coquille, on y passe éventuellement un morceau de pain… L’art de vivre en Bretagne, là, on y est !

Le plus difficile dans cette recette, c’est d’avoir les palourdes. Ensuite, les choses sont simples et doivent le rester : ce ne sont pas des escargots, ni même des moules, on a affaire à un coquillage qui a de la saveur, il ne faut pas la perdre. Voici quelques conseils, non pas pour réussir, mais plutôt pour ne pas gâcher vos palourdes farcies.

Crues ou précuites ?

Deux solutions :

  • Soit on ouvre les palourdes à cru, en glissant la lame d’un couteau, puis on les farcit avant de les passer au four. Pas facile : l’ouverture est délicate, il faut faire attention à enlever les petits débris de coquille, puis il faut détacher la chair d’une moitié de palourde pour la mettre dans l’autre. Il faut aussi un peu égoutter.
  • Soit on ouvre les palourdes à la chaleur, ce qui leur assure une précuisson, avant de les farcir et de les enfourner. Avantage : la palourde s’ouvre sans casse, on récupère facilement la chair. Si on a beaucoup de palourdes à préparer, on va gagner du temps.
Palourdes cuite et crue
À gauche, une palourde ouverte à la chaleur, à droite une palourde ouverte crue

Alors ?

Eh bien, nous avons testé les deux ensemble, avec dégustation comparative sérieuse, ça, à Cuisine à l’Ouest, on sait faire !

Résultat :

  • Crues, les palourdes gardent leur goût sauvage, légèrement musqué. La chair reste souple. On a le petit jus que l’on slurpe au fond de la coquille, et ça, c’est quand même tout le charme de la palourde farcie.
  • Précuites : on a moins le goût de palourde sauvage, on n’a pas ce jus que l’on slurpe. Mais ça reste très bon, si c’est bien farci.

Si vous optez pour la précuisson, attention, sûrement pas 10 minutes avec du vin blanc ! Il s’agit de les ouvrir, pas plus, dans une casserole, à feu vif, avec un tout petit fond d’eau si nécessaire. Certains enlèvent même les palourdes une à une, au fur et à mesure qu’elles s’ouvrent, pour éviter qu’elles se dessèchent.

Le beurre

Plaourdes et beurre

Salé ou pas ? C’est au choix, n’oublions pas que les coquillages sont naturellement salés.

En tous cas, pas trop de beurre : nous avons fait avec 1 g de beurre par palourde, ça paraît peu quand on les remplit, on a l’impression d’être à court, mais c’est amplement suffisant.

Pas trop d’ail non plus. Un peu d’ail est indispensable (quoique…), mais il ne faut vraiment pas que son goût prenne le dessus, il doit être à peine présent.

Avec ou sans échalote ? À Cuisine à l’Ouest, on est fans d’échalote, on l’utilise souvent, crue ou cuite, pour donner du caractère… Mais là, non. Ce serait trop, trop présent, trop fort en face de la subtilité de la palourde.

Certains font un sabayon avec le jus de cuisson des palourdes (au vin blanc, du coup), des jaunes d’œufs et du beurre. Pourquoi pas, si vous êtes un as de la cuisine, un candidat potentiel à Top chef ? Mais c’est une autre histoire.

Des épices ?

Dans le beurre, un soupçon de poivre ne peut pas nuire.

Certains ajoutent un peu de poudre d’amandes. Pas mal, à condition de l’utiliser comme une épice : avec parcimonie. Elle vient alors soutenir la saveur de palourde.

Paprika, curry, cari-gosse ? Pas la peine, à moins que vous vouliez varier les plaisirs parce que les palourdes farcies, vous en mangez tous les deux jours.

Avec ou sans chapelure ?

Attention, la chapelure risque de boire ce fameux petit jus dans le fond que l’on slurpe.

Ceci dit, la chapelure fixe le goût de beurre. Elle fait de notre palourde une petite bouchée, lui apporte un côté terrien, civilisé.

Si vous optez pour la chapelure, vous l’avez compris, allez-y doucement ; sûrement pas une montagne de chapelure !

Nous avons essayé une chapelure de sarrasin torréfié (voir ici comment le faire, très facile et super-bon), c’était excellent.

Paloourdes farcies sur un lit de gros sel

Une astuce avant de passer aux instructions précises : déposez vos palourdes farcies sur un lit de gros sel avant de les enfourner, ainsi le beurre aura le bon goût de ne pas se sauver. Juste un peu de gros sel suffit à bien caler les palourdes.

Allez, voici la recette en bonne et due forme.

Print Recipe
La recette des palourdes farcies
Temps de Préparation 40 min
Temps de Cuisson 10 min
Portions
50 palourdes
Ingrédients
  • 50 palourdes
  • 50 g beurre
  • un peu ail en poudre ou semoule
  • 3 brins persil
  • un peu poudre d'amandes (facultatif)
  • un peu chapelure (facultatif)
  • Poivre
Temps de Préparation 40 min
Temps de Cuisson 10 min
Portions
50 palourdes
Ingrédients
  • 50 palourdes
  • 50 g beurre
  • un peu ail en poudre ou semoule
  • 3 brins persil
  • un peu poudre d'amandes (facultatif)
  • un peu chapelure (facultatif)
  • Poivre
Instructions
  1. Première option : utilisez des palourdes crues. Ouvrez les palourdes, rassemblez la chair dans chaque moitié de coquilles, faites égoutter à l'envers sur un papier absorbant.
  2. Deuxième option : utilisez des palourdes précuites. Faites ouvrir vos palourdes dans une casserole sur feu vif avec un fond d'eau. Séparez les coquilles, conservez la demi-coquille pleine.
  3. Préparez la farce en mélangeant le beurre, l'ail, le persil haché et, si vous le souhaitez, la poudre d'amandes.
  4. Farcissez les palourdes en aplatissant bien le beurre.
  5. Saupoudrez d'un soupçon de chapelure (facultatif).
  6. Passez sous le gril ou au four très chaud pendant quelques minutes, juste le temps de fondre le beurre et d'à peine dorer.

Déniché sur les blogs
Le clam chowder aux palourdes d’Une Aiguille dans l’potage

Le clam chowder est une soupe de coquillages d’origine nord-américaine. Le blog Une Aiguille dans l’potage nous donne sa version, issue de nombreux essais.

Pas forcément un pléonasme, notre titre « clam chowder aux palourdes » : si clam est bien la traduction anglaise de palourde, ce mot peut aussi désigner divers coquillages comme le lutraire ou même le couteau (razor clam en anglais).

D’ailleurs le clam chowder peut se préparer avec ces différents coquillages, auxquels on ajoute des oignons, des pommes de terre, un peu de lard et du lait.

Reste à bien lier le tout, comme il faut, avec le savoir-faire nécessaire. Rien de bien compliqué si vous suivez la recette d’Une Aiguille dans l’potage, et ses conseils qui feront la différence, comme celle-ci : une fois que les pommes de terres sont cuites, prélevez-en quelques-unes, écrasez-les en purée, et réincorporez à la soupe. Une très belle astuce pour donner de l’onctuosité !

> Voir la recette complète du clam showder sur Une Aiguille dans l’potage

Cette recette vaut la peine d’être essayée : le clam chowder est vraiment délicieux, c’est une soupe réconfortante, on se demande pourquoi elle n’est pas plus populaire en Bretagne…

Elle devrait pouvoir se faire à base des fameuses palourdes roses, très économiques, que l’on peut trouver chez les poissonniers du sud-Finistère (pêchées aux Glénan) ou des Côtes d’Armor (pêchées au large de Saint-Quay).

Palourde rose

> Voir notre page consacrée à la palourde rose.

Le blog Une Aiguille dans l’potage

Voir le blog Une aiguille dans l'potageBretonne, vivant en Bretagne, Lou propose bien entendu quelques recettes typiquement bretonnes sur son blog Une Aiguille dans l’potage (un jour, on vous parlera de son kig ha farz). Mais pas que… Pour preuve cette recette de chowder qu’elle est partie nous chercher outre Atlantique.

Sur Une Aiguille dans l’potage, vous trouverez aussi des recettes qui n’ont rien à voir ni avec la Bretagne, ni avec la mer, comme ces toutes dernières publications : un carrot-cake féta-noisette, une galette de lentilles corail au curry et à la pomme ou encore un poulet au citron d’inspiration algérienne. Point commun entre toutes ces recettes ? L’originalité, la qualité de la réalisation et de superbes photographies.

Notre rubrique « Déniché sur les blogs »

Pour Cuisine à l’Ouest, nous surfons sur les blogs, à la recherche d’idées, de recettes que nous citons dans nos pages consacrées aux produits bretons. Et parfois, nous avons envie de mettre davantage en avant une recette ou un blog.

Cette rubrique « Déniché sur les blogs » vous parlera de recettes traditionnelles bretonnes, de recette originales mettant en œuvre des produits bretons, bref, tout ce qu’on aime !

Nous n’y donnons pas la recette, nous vous laissons le plaisir de la découvrir sur le blog cité.

Si vous êtes blogueuse ou blogueur, et si vous êtes intéressé pour figurer dans cette rubrique, envoyez-nous un message par notre formulaire de contact.

Filets de rougets sur lit de tomate

Le rouget barbet et la tomate sont faits pour se marier. Et ce couple peut accueillir tout plein de jolies choses…

C’est une recette qu’on adapte : on peut prendre de la tomate en boîte, on peut se passer de citron confit, on peut faire sans l’huile d’olive qui n’est là que pour sa saveur, et même on peut faire sans fleurs d’ail triquette…

On peut aussi ajouter des ingrédients : du fenouil, des olives noires, des poivrons rouges, pourquoi pas flamber au pastis…

À vous de voir, à vous d’inventer. Voici la recette de base.

Ingrédients de la recette de rouget à la tomate

Print Recipe
Filets de rougets sur lit de tomate
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 20 min
Portions
2 personnes
Ingrédients
  • 2 filets de rouget barbet
  • 1 cuillère à soupe huile d'olive
  • 4 tomates
  • 2 citrons confits
  • Sel, poivre, herbes
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 20 min
Portions
2 personnes
Ingrédients
  • 2 filets de rouget barbet
  • 1 cuillère à soupe huile d'olive
  • 4 tomates
  • 2 citrons confits
  • Sel, poivre, herbes
Instructions
  1. Pelez et concassez les tomates (gardez deux belles tranches pour la décoration).
  2. Faites revenir les tomates dans l'huile d'olive, ajoutez les citrons confits émincés, assaisonnez, laissez réduire une quinzaine de minutes.
  3. Goûtez et rectifiez l'assaisonnement.
  4. Déposez les filets de rouget côté peau sur les tomates, faites cuire 3 minutes, puis retournez les filets pour terminer la cuisson 2 minutes.
  5. Servez avec un riz blanc.

Rouget en croûte de sel

C’est Arnaud le pêcheur qui nous a suggéré cette recette (voir notre page consacrée au rouget). Ni une ni deux, on l’a faite.

C’est on ne peut plus simple. Deux ingrédients suffisent, le rouget et le gros sel.

Pour le premier, on choisit la qualité : un beau rouget de pêche côtière, tout frais, avec toutes ses écailles qu’on n’enlèvera pas. Elle protégeront le poisson et éviteront la migration du sel vers la chair. Le rouget sera simplement vidé, on pourra, pour les amateurs, laisser le foie à l’intérieur voir notre recette de rouget et sa sauce aux foies).

Pour le sel, on choisit aussi la qualité : un bon sel de Guérande sera parfait.

Le résultat ? Attention, il pourra décevoir les amateurs de rouget, de cette saveur unique qui réside surtout dans la peau. Ici, la peau se détache de la chair sous l’effet de la vapeur dégagée et reste collée aux écailles. Sa saveur est donc très discrète.

Le résultat plaira davantage aux amateurs de poisson à saveur neutre. Mais quel poisson ! la chair, protégée dans son coffre de sel, est parfaite, fine, délicate.

Et la présentation du plat, minimaliste, est splendide : du gris en grain, du rose-orangé… de quoi mettre en appétit.

Print Recipe
Rouget en croûte de sel
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 20 min
Portions
2 personnes
Ingrédients
  • 1 beau rouget barbet 500 g environ, vidé, non écaillé
  • 1 kg gros sel
Temps de Préparation 10 min
Temps de Cuisson 20 min
Portions
2 personnes
Ingrédients
  • 1 beau rouget barbet 500 g environ, vidé, non écaillé
  • 1 kg gros sel
Instructions
  1. Déposez un lit de gros sel sur un plat allant au four.
  2. Déposez le rouget sur ce lit de sel.
  3. Couvrez le poisson de gros sel.
  4. Avec les mains, lissez et tassez légèrement le sel.
    Comment rélaiser un poisson en croûte de sel
  5. Mettez au four préalablement chauffé à 200°C. Laissez cuire 10 minutes.
  6. Sortez le plat du four, laissez reposer 10 minutes pour achever la cuisson.
  7. Cassez délicatement la croûte de sel, dégagez le poisson, retirez les filets à l'aide d'une spatule ou d'une pelle à tarte, servez.

Déniché sur les blogs
Les Mamigozettes, une gourmandise au sarrasin

Chez Mamigoz est un blog qui ne parle pas que de cuisine. Mais ça, on vous l’explique en bas de cet article. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est cette invention gourmande baptisée Mamigozette…

Cette Mamigozette, c’est une sorte de muffin au sarrasin (moitié farine de sarrasin, moitié farine de blé), agrémenté de poire et de noix.

Mamigoz nous donne la recette, ainsi que le pas-à-pas détaillé en photos : avec ça, on est certain de réussir ses Mamigozettes !

Touche finale : Mamigoz arrose ses Mamigozettes avec un beurre de vanille, avant de saupoudrer de copeaux de chocolat.

Mamigozette, la touche finale

Le blog Chez Mamigoz

En-tête du blog Chez MamigozChez Mamigoz est d’abord un blog consacré… au point de croix ! Et quand Mamigoz se consacre à quelque chose, c’est à fond. Des tutos, des grilles originales, des idées, tout pour se laisser entraîner dans cette activité manuelle !

La cuisine, c’est en plus, mais avec la même exigence. Et comme elle est bretonne, la cuisine de Mamigoz nous intéresse particulièrement. Une cuisine bretonne bien comprise, c’est-à-dire ouverte sur le monde, voyageuse, qui n’hésite pas à faire des expériences et à emprunter à l’exotisme, tout ce qu’on aime !

Le lien entre point de croix et cuisine ? Mamigoz le crée avec un étonnant livre de cuisine brodé dont elle nous livre les pages (et les grilles, si vous êtes courageux-euse) petit à petit. Vous l’avez compris, Chez Mamigoz est un blog à suivre.

Le livre de recettes bordées de Mamigoz

Notre rubrique « Déniché sur les blogs »

Pour Cuisine à l’Ouest, nous surfons sur les blogs, à la recherche d’idées, de recettes que nous citons dans nos pages consacrées aux produits bretons. Et parfois, nous avons envie de mettre davantage en avant une recette ou un blog.

Cette rubrique « Déniché sur les blogs » vous parlera de recettes traditionnelles bretonnes, de recette originales mettant en œuvre des produits bretons, bref, tout ce qu’on aime !

Nous n’y donnons pas la recette, nous vous laissons le plaisir de la découvrir sur le blog cité.

Si vous êtes blogueuse ou blogueur, et si vous êtes intéressé pour figurer dans cette rubrique, envoyez-nous un message par notre formulaire de contact.