Rencontres avec les brasseurs bretons

Les bières bretonnes

Ils étaient 16 brasseurs à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, les 14 et 15 janvier derniers. Nous en avons rencontré huit (mille pardons aux autres, l’affluence était telle que nous n’avons pas pu les approcher).

Huit personnalités, huit caractères bien trempés : devenir brasseur est une aventure singulière, une histoire de passion, et ensuite, ensuite seulement, une affaire d’entrepreneur.

Et cela donne huit rencontres exceptionnelles.

Mais avant, une petite précision sur la bière tendance, celle dont on parle sur tous les stands, l’IPA.

Connaissez-vous l’IPA ?

Bières IPA

L’IPA, c’est l’India Pale Ale, une recette qui date de la colonisation des Indes par la Grande Bretagne. À l’époque, le voyage de plusieurs mois dans la chaleur des fonds de cale ne garantissait pas les meilleures conditions de conservation pour la bière.

D’où l’idée de certains brasseurs d’augmenter le degré d’alcool, mais surtout la proportion de houblon, qui, outre l’arôme, apporte ses qualités de conservation.

Il en résulte un caractère fort et parfumé, un peu oublié pendant des décennies, puis remis au goût du jour il y a quelques années par des brasseurs californiens, suivis par des Écossais. Comme tout ce qui passe par la Californie finit par faire le tour du Monde, la plupart des brasseurs bretons proposent aujourd’hui une IPA dans leurs gammes.

Gammes très variées par ailleurs, de la stout à l’ale en passant par la pils, la blanche, la lager, la porter… Allez, c’est parti pour un voyage dans le monde magique de la bière…


La Divatte et sa Trompe-souris

Brasserie Ladivatte à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

La Divatte, c’est la brasserie créée par Antoine Bouyer et Maxime Bordelot à La Chapelle Basse-Mer, en Loire Atlantique voici plus de 15 ans déjà.

La Divatte est bien connue pour ses gammes Trompe-souris, bières fines, élégantes et aériennes, et Vieille Tour, bières généreuses et onctueuses.

La Divatte propose aussi des bières parfumées : “Les techniques sont différentes selon l’essence, expliquent les brasseurs. La bière au safran résulte de l’incorporation d’un sirop de safran. Par contre, pour celle au magnolia nous réalisons une infusion. Le moment de l’incorporation est important. Par exemple, Le miel est incorporé dans la cuve avant l’ébullition, car c’est bien de faire bouillir le miel. Les autres épices interviennent généralement en fin d’ébullition.

Voir le site internet de La Divatte

biere-divatte-trompe-sourisNotre dégustation : la bière au safran

Une bière légère, un peu parfumée, très élégante, certes, mais la saveur de safran est un peu difficile à identifier. Il faut la chercher, attendre, et oui, en effet, elle arrive sur la langue. Surprenant et agréable.


La Guernouillette

Brasserie Guernouillette à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

La Guernouillette, garantie sans grenouille ni fromage, plaisante le brasseur briochin Franck Georgelin. Je suis un brasseur psychopathe, il faut bien un grain de folie ! À la base, la bière est une boisson de table peu alcoolisée. J’aime dire « L’abus d’alcool est dangereux, à consommer avec modération et satisfaction ». La bière, c’est de la vie en bouteille, c’est ça que j’aime travailler. J’adore le « moléculaire » , extraire des arômes, les classer… Nous faisons des styles de bière plutôt que des recettes. Par exemple, une bière aux algues, à l’amertume iodée, à laquelle j’ajoute du néroli, huile essentielle d’agrume, et des fleurs de fenouil. Nous faisons aussi chaque année une bière d’Halloween, au potimarron et pamplemousse, mais qui change tous les ans. C’est la surprise !

Voir le site internet de La Guernouillette

Bière aux algues GuernouilletteNotre dégustation : la bière aux algues, bien sûr

N’imaginez pas un bouillon de goémon : faite à partir de wakamé, de kombu et de dulse, elle est plutôt douce, et ses saveurs marines sont fines et discrètes. Ces saveurs restent agréablement en bouche.


La Coreff

Brasserie Coreff à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

On ne présente plus Coreff, on rappellera seulement que, créée en 1985, elle est la première bière artisanale du renouveau, non seulement breton, mais français. Que de chemin parcouru depuis, avec plus de 80 brasseries en Bretagne !

Aujourd’hui, Coreff propose une gamme complète de bières faites uniquement de malt, de houblon, de levure et d’eau, explique Béa, animatrice de Coreff Ambasad, musée de la bière de Carhaix. Aucun parfum ajouté pour l’instant. Ce sont les assemblages des différents malts et houblons qui font les différences.
Nos dernières créations dont la Dramm hud, c’est la plus forte de la gamme, une blonde dense à la saveur maltée, au goût ample et d’une finesse aromatique florale. Et notre IPA, très parfumée.”

Voir le site internet de Coreff

Bière Coreff stoutNotre dégustation : la stout

Coreff propose sa stout uniquement en fût, il faut donc aller dans un bar partenaire pour la déguster. La stout est une bière noire, brassée à partir d’orge torréfiée. Résultat : un goût immédiat, très présent et agréable de céréale grillée. C’est une bière épaisse, qu’on ne va pas boire pour étancher sa soif, mais que l’on déguste avec lenteur et application.


Da Bep Lec’h

Brasserie Da Bep Lec'h à la fête des bières de Landrévarzec en janvier 2017

La dernière-née des brasseries morlaisiennes a commencé son activité en mai 2016. Marine et Adrien ont soigné leur image : des noms de bière en verlan pour le clin d’œil (la Nouzbi !), des étiquettes en linogravure — créées par l’excellent Olivsteen, graveur de « scènes qui se déroulent derrière les paupières » — un site internet sympa, un univers gentiment déjanté. “La Stermy, explique Adrien, c’est une bière qu’on fait deux fois par mois, mais toujours différente, les gens ne savent pas ce qu’ils achètent. Tu sais combien tu payes, mais tu ne sais jamais ce que tu bois.

Derrière la fantaisie, des bières bien travaillées et de caractère. Et des projets bien vus : “Avec un copain agriculteur bio, on a planté du houblon. Les premiers résultats sont prometteurs, on continue l’expérience.

Voir le site internet de Da Bep Lec’h

Notre dégustation : l’IPA

Da Bep Lec’h a sorti son IPA, pas encore présentée sur son site internet. On a goûté, notre verdict : une bière étonnante, forte et parfumée, fruitée même… comment dire ? Un peu comme un Coca, mais qui serait bon, quoi… Ah ? c’est sacrilège, de dire ça ? Bon, ben c’est une bonne bière.


La Dilettante

Brasserie La Dilettante à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

L’idée de brasser est née dans le cerveau de Jean-Baptiste Moreau il y a 6 ans, alors qu’il résidait à l’île de La Réunion: “Là-bas, il n’y a que la Dodo, une bière très populaire mais pas très intéressante à mon goût. Je me suis mis à brasser, en amateur, pendant 4 ans. Rentré en Bretagne, j’ai travaillé en brasserie, puis j’ai créé La Dilettante en 2015. Je fais des bières de type anglo-saxon, à faible taux d’alcool et fortement houblonnées. J’aime le côté aromatique du houblon, pour une bière très fruitée, comme un jus de fruit amer. On joue sur les différentes variétés de houblon. L’idée, c’est de faire une bière conviviale, simple, avec du goût, de remettre la bière à table.

Le site internet n’est pas encore en ligne, voir la page Facebook de La Dilettante

Bière au cacao La DilettanteNotre dégustation : la bière au cacao

Dans la série Les Vagabondes, la version hiver est une porter aromatisée au cacao. Le chocolat et l’amertume, c’était une évidence, Baptiste a osé, et le résultat est plutôt sympa. La bière prend du volume en bouche et répand le parfum de cacao délicatement dosé. Un qualificatif ? Irrésistible.


Terenez, la bière du bout du Monde

Brasserie Térénez à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

Olivier Lallemand a créé la Brasserie du bout du Monde il y a trois ans, dans les souterrains de Terenez, à l’entrée Nord de la presqu’île de Crozon.

Nicolas, le commercial, caviste de formation, tenait le stand ce samedi 14 janvier 2017 : “Nous faisons des bières de type belge, maltées, avec davantage de matière et d’alcool, des bières gourmandes, gastronomiques, que l’on conseille d’accorder avec différents plats, tout comme les vins. Nous proposons une blonde équilibrée, une blanche qui a du corps, une triple assez légère, une porter stout puissante et aromatiquement complexe. Nous faisons aussi des « éditions spéciales », comme notre barley wine (vin d’orge), une triple vieillie six mois en baril de Médoc.

Voir le site internet de la brasserie du bout du Monde


Pied de biche, bières militantes

Brasserie Pied de biche à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

La Scop créée par Frédéric Perrot et Joffrey Roqueplan à Guimaëc entame sa troisième année. “Notre démarche est écolo, explique Joffrey, c’est pourquoi nous brassons au feu de bois. C’est un choix énergétique qui satisfait notre conscience, et que nous avons amélioré en installant un système de double combustion qui limite les rejets de fumée. Nos bières aussi sont marquées par un côté militant : la Reguimbante par exemple. On dit d’un cheval qui refuse qu’il regimbe. On y a ajouter un « u » par fantaisie, ou par refus de la soumission… Nous avons aussi une bière blonde que nous avons baptisé Pression sociale. Ça nous tient à cœur, nous sommes politisés mais pas encartés. Nous aussi, nous avons sorti notre IPA, à prononcer à l’anglaise « aïe pi èye » pour bien comprendre son nom « IPA de Biche ». Avec un slogan qui est un clin d’œil à l’histoire de cette bière aux relents coloniaux : « À ingérer sans ingérance ».

Voir le site internet de Pied de biche


Brasserie du Tonnelier

Brasserie Tonnelier à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017

Installée à Erbrée depuis 2013, la brasserie du Tonnelier propose deux bières de base : “La Rose des vents, une rousse épicée et la Captain Moore, une bière typée IPA, qui a été primée au concours du musée français de la brasserie et 2014. Nous présentons cette année des nouveautés : trois bières aromatiques, une blonde au miel, une bière de blé à la lavande, et une brune au poivre de sichuan”. Cyril travaille depuis très longtemps la bière : “Il a commencé à brasser dans la cuisine de sa maman, explique l’amie qui est venue l’accompagner sur le stand. La bière, c’est une histoire de passion, c’est de l’idée, de l’inventivité.

Voir le site internet de la brasserie du Tonnelier


Skumenn

Brasserie Skumenn à la fête des bières bretonnes, à Landrévarzec, en janvier 2017Skumenn, c’est la bière de Rennes : “Nous sommes très attachés à notre ville natale, même si nous sommes installés à Acigné, explique Thomas Cléreaux. Avec Stéphane, mon associé, nous avons commencé en amateurs, sur une gazinière, puis dans une « pico-brasserie » installée dans le garage… À la fin de nos études, nous avons décidé de capitaliser sur ce savoir-faire. La brasserie existe depuis une grosse année, nous proposons une gamme de base de quatre bières Bio de type anglo-saxon. Nous souhaitons maintenant développer les bières spéciales”.

Voir le site internet de la brasserie Skumenn

3 pensées sur “Rencontres avec les brasseurs bretons”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *