Comment pêcher l’étrille

Attraper l'étrille 3

L’étrille, tous les connaisseurs vous le diront, c’est le meilleur des crabes ! Mais voilà, on n’en trouve pas souvent sur le rayon des poissonniers. Allez, c’est grande marée, on va à la pêche…

Première condition : la marée. Inutile d’attendre les très gros coefficients, une marée de 85-90 suffira.

Ensuite, le lieu. L’étrille aime se cacher sous les rochers tout en disposant d’une belle étendue de sable pour partir en chasse, la nuit, quand la mer est remontée.

Un coin de pêche à l'étrilleLà, c’est sous les rochers qu’il faut chercher. Tiens, en voilà un qui convient : plat, suffisamment grand, ouvert sur l’étendue de sable…

Rocher à étrille

Franchement, si vous étiez une étrille, c’est pas là que vous installeriez pour attendre, bien pépère, la marée montante ?

Alors, regardons bien autour de nous : on voit au premier plan de la photo ci-dessus une algue laminaire (kombu), et une autre derrière. À gauche cette algue brune palmée (kombu breton) et puis à l’arrière des choses vertes couchées sur le sable. Attention, ce ne sont pas des algues, mais des plantes ! Ces zostères constituent des herbiers, un milieu très riche mais aussi très fragile. La pêche aux coquillages, aux échinodermes (oursins, étoiles de mer, concombres de mer) y est interdite. La pêche aux crustacés y est autorisée, mais vous avez compris que vous devez absolument respecter ce milieu, ne pas le piétiner, ne pas le bousculer.

Bon, là notre rocher est un peu à l’écart, voyons voir ce qu’il y a dessous. Deux méthodes :

1. Soulever le rocher

Si on est costaud, ou si le rocher n’est pas trop grand, on peut le soulever, le maintenir d’une main une fois qu’il est à la verticale, attraper de l’autre main l’éventuelle étrille qui se trouve dessous, et hop, dans le panier. Oui mais voilà : l’étrille est très vive, elle file à toute vitesse se cacher sous la partie du caillou encore en contact avec le sol, et bon, vous ne pouvez pas l’attraper, c’est fichu. Consciencieusement, vous reposez alors le rocher, il est un peu lourd quand même, les balanes vous griffent les doigts, paf, vous le laissez retomber un peu violemment, et là vous entendez l’écrasement de la carapace du crabe. Un peu dommage, non ? Vous mériteriez que le rocher écrase votre pied ou votre main, ce qui arrive assez fréquemment aussi.

Enfant à la pêche à pied

Morale de l’histoire : réserver cette méthode aux cailloux de taille raisonnable. Mais, même si on peut toujours avoir une bonne surprise, les belles étrilles se cachent rarement sous les petits cailloux.

2. Explorer sous le rocher

Une méthode plus respectueuse du milieu, à condition de le faire en douceur.

L’idéal, c’est de repérer visuellement l’étrille. Pour cela, il faut quasiment se coucher au sol, et parfois on voit l’animal tapi dans le fond, qui vous regarde car lui, il vous a repéré depuis longtemps. Mais l’exercice est difficile et pas toujours fructueux.

Nous allons donc explorer le dessous du rocher avec l’outil adapté : un croc de métal, recourbé au bout.

Le croc pour pêcher des étrilles

Il faut le glisser sous le rocher et explorer, à l’aveugle, en étant attentif au moindre bruit. Le but est de passer le croc derrière l’étrille, afin de la ramener vers soi. Elle résiste, bien sûr. On apprend vite à faire la différence avec le dormeur (tourteau), assez fréquent. La résistance n’est pas la même, le bruit non plus. Si c’est un dormeur, laissez tomber : l’extraction est difficile, et la taille minimale de 14 cm est rarement atteinte.

Si c’est une étrille, allez-y doucement, mais fermement, sans jamais lâcher. Attention, si vous êtes trop brusque, vous allez déchiqueter le crabe. Ramenez-le vers vous, petit à petit. Parfois, si l’étrille a tendance à partir sur le côté, il vous faudra ramener votre croc en arrière, puis la rattraper, toujours très rapidement et en douceur.

Découverte de l'étrille

Enfin, la voilà sortie, vous la voyez ? La partie n’est pas terminée pour autant : l’étrille est maintenant libre de ses mouvements, et elle est vraiment très rapide. Pinces en l’air, très menaçante, elle file sur le côté, prête à retrouver une planque.

Attraper l'étrille 1

Ne traînez pas, attrapez-la au plus vite ! Si possible, posez un doigt sur sa carapace, hors de portée des pinces, et plaquez-la au sol. La moindre hésitation, et c’est l’étrille qui a gagné…

Attraper l'étrille 3

Puis saisissez-la de chaque côté de la carapace : c’est bon, vous la tenez, elle ne peut plus vous pincer.

Attraper l'étrille 3

Profitez-en pour la retourner et admirer l’animal. Belles pinces, non ?

Profitez-en aussi pour mesurer l’envergure de la carapace : la taille minimale est de 6,5 cm. Si, comme nous, vous n’avez pas pris de quoi mesurer, laissez l’étrille profiter du doute. Celle-ci nous a paru un peu juste, elle a donc retrouvé la liberté.

De même, si la carapace est molle, relâchez-la, elle ne sera pas bien pleine, ni très savoureuse. Si elle porte des œufs, bien sûr, laissez-la finir son œuvre.

L’espèce est assez prolifique, on voit que sa pêche à pied est plutôt difficile… Vous pouvez donc vous y mettre sans trop d’états d’âme. Et si un jour vous devenez pêcheur émérite, on compte sur vous pour limiter vos captures. Une étrille, maximum deux par personne, suffiront à combler vos convives.

Attention, l’étrille, contrairement au crabe vert qui survit à tout, est fragile. Elle se déshydrate vite, ce qui lui est fatal. Pour garder vos étrilles bien vivantes, mettez pas mal de goémon dans votre panier. Et une fois à la maison, cuisinez-les au plus vite.

Que faire avec vos étrilles ?

 

 

 

Partager


>> D'autres recettes avec ces ingrédients :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *