Le bigorneau pain-beurre

Le bigorneau, comment ça se mange ?

Le bigorneau, c’est rigolo.

Si on le pêche soi-même, déjà. Ça se trouve dans les mares, sous les cailloux, dans le goémon. Ne pas confondre le bigorneau et la bigorne de chien. Le bigorneau est noir, le bout de sa coquille est pointu, c’est pourtant bien simple, non ?

Oui, sauf que les variantes sont nombreuses, il y en a de plus clairs, teintés de jaune ou de rouge, ou de blanc, ils y en a des petits, des gros…

Drôles de bigornes !

Bon, pas grave. Vous en achetez chez le poissonnier, c’est tout aussi rigolo.

Pour la cuisson des bigorneaux, comment faire ? Les légendes bretonnes, qui circulent désormais sur internet, disent qu’il faut les couvrir d’eau froide (salée, si vous y avez droit, de mer si vous avez le privilège de pouvoir vous en procurer), monter à ébullition, arrêter le feu et laisser refroidir. Cuisson parfaite, peut-être, mais encore une fois cruelle à notre goût.

Nous plongeons donc nos amies les bêtes dans l’eau bouillante, on laisse cuire doucement dix minutes, et ça nous va très bien.

On égoutte, on laisse refroidir, juste un peu, car tiède c’est délicieux.

Pour les manger, il faut une pique à bigorneau. Comme on n’en a jamais, on peut utiliser une simple épingle de couturière. Mais c’est dangereux. On s’en sort très bien avec des piques de bois, vous savez, ces piques à brochettes qui servent aussi de cure-dent.

Il faut retirer l’opercule, qui vient se coller partout, puis tirer doucement d’un mouvement tournant, et si ce n’est ni trop cuit ni trop peu, la bestiole sort tout entière. Si c’est trop cuit ou trop peu, elle se casse, séparant ainsi le muscle du reste. Et ça n’est pas trop grave : le muscle, c’est meilleur que le boyau.

Comment manger les bigorneaux

On sort donc la chose, que du bout de sa pique on trempe dans un peu de sel, on porte à la bouche et on recommence. De temps en temps, on prend une bouchée de pain-beurre, ou une gorgée de vin blanc, c’est selon.

Si on est vraiment gourmand et qu’on n’a pas peur de manger une tartine de crottes de nez, on fait ça, c’est bon aussi :

Bigorneaux pain beurre

 

Partager

2 réflexions sur « Le bigorneau pain-beurre »

    1. Oui. Y’en a même qui disent « bigornenn kaoc’h-ki ». Pour nos visiteurs étrangers, « ki » signifie chien, en breton. Et kaoc’h, euh, ben euh, je ne sais plus.
      Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *