Les brasseurs bretons vous présentent 15 bières originales

Le varzec, monnaie officielle de la fête des bières de Landrevarzec

Ces 19 et 20 janvier 2019, c’était la troisième édition le la fête des bières bretonnes à Landrévarzec, près de Quimper. Une manifestation festive, certes, mais aussi un véritable salon des brasseurs, vraiment très sympa, l’occasion de rencontrer des passionnés de l’art de la bière.

Nous avons demandé à quinze de ces brasseurs de choisir une de leurs bières et de nous la présenter en quelques mots.

La stout à la vanille de la Brasserie du Vieux Singe

La Brasserie du Vieux singe, de Saint-Jacques de la Lande, propose une gamme de trois recettes, auxquelles s’ajoutent des expérimentations et des brassages spéciaux.
Fred et Alexis nous présentent la plus atypique : “LEau qui dort,
une stout aux accents torréfiés de café et de cacao, avec une mousse épaisse et des bulles fines. Son petit nom : stout à la vanille. La vanille est infusée à froid.


Bière Blonde ale de la brasserie de La Paumell

Luc, de la brasserie de La Paumell, à Saint-Ouen la Rouërie en Ille-et-Vilaine, nous parle de sa Blonde ale : “Elle est faite avec le houblon que je cultive moi-même, une variété nugget originaire des USA, fruitée avec des notes de pomme et d’abricot. C’est une bière de fermentation haute, simple, 1 houblon, 1 malt, dans laquelle on peut ainsi percevoir facilement les apports gustatifs de chacun.
Je cultive 30 pieds de houblon, qui me permettent de faire deux brassins, soit 1 500 litres de bière. Depuis, j’en ai planté d’autres, une variété anglaise Prima donna. Il faut encore un peu de patience avant qu’elle produise. On verra !


La bière Bed of the narrow witch, de la brasserie La Belle joie

Dave Bednarowicz, de La Belle Joie, à Kervignac (Morbihan), nous parle d’une bière très personnelle : “La Bed of the narrow witch, qui signifie Le lit de l’étroite sorcière. Un mystère qui est un clin d’œil à mon nom de famille ! Il s’agit d’une blanche à la levure « Saison » aromatisée au yuzu (agrume japonais) et au poivre de sichuan. Cette bière est improbable : le yuzu coûte 5 € pièce, il m’en faut 300 pour brasser 1200 litres ! J’arrive à la proposer à un prix raisonnable parce qu’un client et ami me donne la production de sa serre morbihannaise. Le yuzu ne se conserve pas : je ne peux donc produire cette bière qu’une fois par an… ou pas du tout, selon la récolte !


La bière Ambrée, de la brasserie Ti Chope

Sébastien Calvez, de la brasserie Ti-chope, à Plouvien (Finistère) propose cinq types de bières, dont L’Ambrée, qu’il nous présente : “Derrière une couleur chatoyante, une douce amertume, une note de chocolat et d’un peu de caramel apporté par le malt légèrement grillé. A déguster entre 8° et 10°C.”


La bière La P’tite biniouse, de la brasserie L'Hirondelle

La brasserie l’Hirondelle existe à Pédernec (Côtes d’Armor) depuis 2016. Marie, la brasseuse, présente la P’tite Biniouz : “C’est une bière de type abbaye. Elle fait l’unanimité des dégustateurs. Je la conseille à l’apéro, elle est assez puissante pour cela. Ou en accompagnement de quelque chose de doux, au dessert par exemple.


La bière SOS Détresse Amitié de la brasserie du Baril

Guillaume, l’un des deux brasseurs du Baril, à Brest, présente la SOS Détresse Amitié : “Une anti bière de Noël ! Pas d’épices, une black IPA forte en alcool, follement houblonnée, mais cette richesse est compensée par le malt. Préparée au malt Chocolat, c’est une bière qui réchauffe, à boire au fond d’un canapé ! Elle tient longtemps en bouche.


La bière Ambrée Impériale de la brasserie La MignonneGwénaël, de la Brasserie de Trévarn-La Mignonne, Saint Urbain (Finistère) nous propose l’Ambrée impériale : “Je la brasse spécialement pour Lanndrévarzec, je voulais faire quelques chose pour marquer l’événement. J’en ai fait 500 litres l’année dernière, et à nouveau cette année. C’est une ambrée plutôt alcoolisée, aux malts équilibrés, gourmande, un corps de céréales assez prononcé, mais des houblons avec de l’amertume et un côté un peu résineux.”


La bière Aïe Aïe Aïe de la brasserie Trompe sourisDans la gamme Trompe Souris de la Brasserie La Divatte, à La Chapelle Basse Mer (Loire-Atlantique), Antoine nous présente l’Aïe Aïe Aïe : “C’est une bière pimentée née de la rencontre avec un agronome mexicain venu faire un stage dans une ferme maraîchère de la région. Au Mexique, on fait beaucoup de bières au piment. En cuisine, cette bière permet de belles marinades de viandes blanches, on peut ensuite accompagner le plat de cette même bière. Elle accompagne également très bien le couscous ou la tajine. L’Aïe Aïe Aïe a été médaillée dans un concours au Portugal.


La bière Session IPA de la brasserie Storlok

Pour la Brasserie de Cornouaille – Storlok, de Concarneau, Erwan choisit la Session IPA : “Traditionnellement, une IPA est riche en houblon et forte en alcool. Mais « session » signifie qu’on limite le taux d’alcool. J’ai travaillé le grain plus chaud que d’habitude, je suis allé chercher la limite de température supportable par les enzymes, et j’ai donc moins de sucres résiduels et ainsi moins d’alcool. J’utilise aussi beaucoup de houblon pas trop amer.


La bière Triple, de la NordéGautier et Julien, de la Brasserie du Goëlo – La Nordé à Plouha (Côtes d’Armor) nous présentent la dernière de la gamme, la Triple : “C’est une bière de canapé, issue d’une triple fermentation, avec des levures d’abbaye, du malt d’abbaye et du malt à whisky très tourbé, des graines de la paix (un fruit du Cameroun) qui apportent des arômes. Elle plaît beaucoup aux amateurs de whisky tourbé, qui retrouvent leur saveur favorite dans une boisson plus légère.


La bière au moüt de vin Vino Tri, de Tri Martolod

Jean-Philippe, de la brasserie Tri Martolod, de Concarneau, nous présente la Vino Tri : “Un moût de raisin est ajouté en fin de cuisson. Nous nous fournissons chez un viticulteur nantais, Philippe Chon, en melon de bourgogne qui est le cépage du muscadet. Il en résulte une bière de dégustation légère, très fruitée, un peu minérale.


La bière Export stout de la brasserie ArvarusRégis et Max, de la brasserie Arvarus, bières incertaines, à Ploumoguer (Finistère) nous proposent leur Export Stout : “Un style qu’on affectionne, une bière noire par définition. Stout signifie qu’elle est noire, Export est le degré en-dessous de la dry stout, représenté par la Guinness. C’est une bière avec beaucoup de corps, de sucres résiduels, un degré de torréfié intense, un corps très robuste qui autorise une amertume marquée. L’attaque est gourmande, avec des notes de cacao et de café, et l’amertume prolonge la dégustation. À boire aux alentours de 13°C, surtout pas fraîche !


La bière Diwan de la brasserie Terenez

Nicolas et Lauriane, de la Brasserie du Bout du Monde, à Rosnoën, nous présentent l’Ambrée de Terenez pour Diwan : “On atteint notre cinquième année, on nous réclamait depuis longtemps une ambrée. Nous avons commencé nos essais en collaboration avec l’école Diwan du Faou, qui la vendait sur sa kermesse annuelle. Finalement, nous avons un peu peaufiné la recette et nous la commercialisons en partenariat avec Diwan à qui nous versons une partie des bénéfices.
C’est une bière légère, facile d’accès à la dégustation. Elle est élaborée à partir d’orge caramélisée, un peu tourbée. Une bière que vous pouvez déguster au retour de la plage, avec une salade de melon, c’est génial !”.


La bière Gwin Zegal de la brasserie BK

Isabelle, de la brasserie BK, à Lannion, nous propose sa bière blanche Gwin Zegal : “La bière blanche est traditionnellement élaborée à partir de malt d’orge et de blé. J’y ajoute du seigle, qui lui apporte un goût un peu particulier, un côté acidulé. Souvent, les bières blanches sont épicées, j’ai préféré travailler sur l’équilibre des différentes céréales. Je l’ai baptisée Gwin Zegal, du nom de l’un des deux derniers ports à pieux de Bretagne, un site magnifique, mais Gwin Zegal peut aussi se traduite par « vin de seigle »”.


La bière Kalon de Coreff

Béa, de la brasserie Coreff, à Carhaix, a choisi la Kalon, une bière aux fleurs d’hibiscus : “Elle est élaborée dans le cadre de notre partenariat avec l’association Tinga Neere (Terre meilleure) : les fleurs d’hibiscus sont cueillies pour nous par des femmes du Burkina Faso.
Notre bière Kalon (cœur en breton) offre une mousse dense, qui provient de l’utilisation de 30 % de malt de blé. Elle présente un nez floral, une acidité légèrement mordante en bouche. C’est ce qu’on appelle une sour, c’est-à-dire une bière acidulée, une bière digestive.

Elle accompagne à merveille un fromage de chèvre, un cheesecake ou une tarte au citron, mais aussi un curry d’aubergine, patate douce et citron vert ou un filet de truite au citron.

> Voir tous nos articles et recettes concernant la bière bretonne

Pour tout savoir sur le sujet, commandez le livre de Gabriel Thierry, La Bière bretonne, histoire, renaissance et nouvelle vague

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *